Pokémon Go ou le mythe de l’utilisateur paresseux