Pour en finir avec l’attribution «post-clic» : l’étude de cas