en
en
1 min.
L’article « définitif » sur la réécriture d’URLs
1L’art de la gestion de projet2Un projet à succès commence par une bonne gouvernance3Cascade, agilité, demandes de changement?

L’article « définitif » sur la réécriture d’URLs

  • Niveau Technique
Contenu & SEO

Définitif est entre guillemets, car les choses changent vite en SEO. Les directives de Google pour les webmestres sont de construire des URLs simples intelligibles par des êtres humains (www.adviso.ca/seo vs www.adviso.ca/12345.html). Faire de la réécriture d’URL avec les sites générés dynamiquement est donc logique et cela fait partie des recommandations d’Adviso en SEO depuis toujours.

 

Un article publié dans le Webmaster Central Blog de Google a fait que nous avons questionné cette pratique. Ainsi, l’article peut se résumer ainsi : « Google a fait des progrès incroyables dans l’indexation d’URLs dynamiques et il est préférable de ne pas les réécrire pour qu’ils aient l’air d’URL statique (avoid reformatting a dynamic URL to make it look static)”. L’argument principal de Google est que les paramètres présents dans un URL dynamique permettent aux robots indexeurs de mieux comprendre la structure du site, ce qui favorise un crawling et une indexation optimales. Ainsi, les paramètres language=fr et answer=3 dans www.example.com/article/bin/answer.foo?language=fr&answer=3 permettrait au moteur de recherche de : 1) comprendre que l’article en question est en français, 2) constater que d’autres articles se trouvent dans le même répertoire et qu’ils doivent aussi être indexés.
Malgré cet article, Adviso recommande toujours la réécriture d’URL pour les raisons suivantes :

1.    La réécriture d’URL n’est pas néfaste si elle est bien effectuée. L’argument de crawlability n’est pas valable si la réécriture d’URL et le travail de SEO ont été faits correctement. C’est cependant un défi en soi puisque la réécriture d’URL est un travail assez compliqué qui peut générer des erreurs nuisibles au référencement s’il est mal effectué. Il faut aussi que la structure du site soit logique et qu’il comporte un maximum de liens internes pour s’assurer de son indexation.  Donc, il vaut mieux de s’assurer d’avoir l’expertise nécessaire (comme celle d’Adviso!) avant de réécrire des URLs ou il vaut mieux de laisser les paramètres dynamiques à défaut.

2.    Google n’est pas infaillible. Quoique je respecte beaucoup cette entreprise, ce n’est pas la première fois que je vois des posts de Google annonçant qu’ils ont modifié leur algorithme pour régler « définitivement » un problème et que ça ne fonctionne pas à 100%. Un bon exemple de cela est le nouveau tag rel= canonical créé pour gérer la duplication de contenu alors que Google avait mentionné précédemment que ce problème était sous contrôle . Dans le cas présent, la recommandation de Google revient à laisser l’indexation complètement à la discrétion du Googlebot, ce qui n’est pas nécessairement prudent. Je préfère spécifier moi-même au Googlebot quels sont les paramètres et sections indexables d’un site, ce qui implique la réécriture d’URL et un travail de liens internes approprié.

3.    Influence des mots clé dans l’URL pour le SEO. Nous remarquons toujours une bonne efficacité des mots clé présents dans les URLs d’un point de SEO et cela justifie amplement le travail que représente la réécriture d’URLs. L’influence des mots clé dans l’URL est aussi confirmée par le très autoritaire sondage des facteurs de positionnement de SEOmoz .

4.    Ergonomie. Un URL réécrit est beaucoup plus esthétique et utile pour l’utilisateur. Il augmentera donc le taux de clics sur les résultats de recherche et le partage de liens, deux facteurs qui sont très positifs pour augmenter le nombre de visiteurs d’un site.

Comme quoi rien n’est jamais vraiment « définitif », consultez ce blog la semaine prochaine pour obtenir nos recommandations sur comment réécrire correctement vos URLs.

PS. Article écrit en collaboration avec Martin Duguay, spécialiste SEO pour Adviso.

Participez à la discussion