en
en
2 min.
Dans les coulisses d’un programme de repreneuriat
1L’art de la gestion de projet2Un projet à succès commence par une bonne gouvernance3Cascade, agilité, demandes de changement?

Dans les coulisses d’un programme de repreneuriat

  • Niveau Technique

Avec l’annonce de septembre dans laquelle nous avons dévoilé que Elizabeth Henry allait prendre les rênes d’Adviso comme CEO et celle d’il y a quelques semaines dans laquelle nous annoncions l’arrivée de trois nouveaux actionnaires, une chose est sûre : la relève entrepreneuriale est réellement en marche chez Adviso.

Lorsque Simon Lamarche et moi avons annoncé que nous allions privilégier cette avenue, la marche à suivre n’était pas si évidente. Pour nous, ainsi que pour notre équipe qui, je crois, trouvait ça plutôt… flou. Et avec raison! On ne pouvait s’avancer que sur le type de « sortie » que nous allions privilégier. Pour nous aussi, les détails étaient très peu définis.

 

Une certitude pour point de départ

Premièrement, il est important de mentionner que jamais Simon et moi ne nous sommes présentés au bureau le matin avec l’intention de vendre notre entreprise. Nous avons toujours eu le feu sacré, pour notre produit comme pour notre équipe. Pour vrai.

J’ai bien connu certains entrepreneurs qui, eux, étaient au contraire drivés par cette ambition. Mes motivations sont totalement différentes. Quand je lis qu’une entreprise s’est vendue et que les gens félicitent l’entrepreneur·e en question, je me dis parfois que d’autres choix auraient pu être faits. L’indépendance d’action et la pérennité sont trop importantes à mes yeux.

J’ai aussi eu la chance d’assister au déroulement d’acquisitions d’entreprises de services et, franchement, j’ai rapidement compris que pour une personne comme moi, qui valorise autant (sinon plus) le déroulement du voyage que la destination, cette option ne me correspondrait pas.

Bref, notre volonté d’indépendance était assurément plus forte que notre désir de voir notre entreprise être vendue à un grand groupe.

Cette certitude a servi de point de départ à notre réflexion.

 

L’importance de communiquer son plan efficacement

Nous avons rapidement compris que nous devions communiquer à l’équipe un plan, même si celui-ci était loin d’être clair pour nous-mêmes. Lorsque plusieurs entreprises concurrentes ou dans la même industrie qu’Adviso se sont vendues, il y a quelques années, nos employé·es venaient souvent nous voir pour nous demander si nous allions faire de même. Nous avions beau leur assurer que ce n’était pas notre ambition, en l’absence d’un plan détaillé de la suite des choses, leur imagination remplissait le vide créé par l’incertitude.

Nous avons choisi de pallier cette lacune en annonçant notre choix, soit d’opter pour la relève entrepreneuriale, et en communiquant les principes qui guideraient la transition à venir. Même si cette nouvelle a généré plus de questions qu’elle n’a offert de réponses, je crois qu’elle a tout de même rassuré notre équipe en statuant sur la nature de nos intentions, et je referais la même chose demain matin.

 

Le choix d’une relève entrepreneuriale

Le vide fut rapidement comblé par deux objectifs : faire évoluer des humains d’Adviso avec un profil d’entrepreneur·e et préserver l’indépendance de l’entreprise. Nous avons compris, en parlant avec des expert·es, que cette vision s’inscrit dans une approche de relève entrepreneuriale, qui consiste à transformer des intrapreneurs en entrepreneurs en leur donnant les moyens d’acquérir une partie de l’entreprise en laquelle ils croient fondamentalement.

 

Des entreprises inspirantes

Si plusieurs entrepreneur·es nous ont poussés vers la relève entrepreneuriale en nous montrant que l’acquisition n’était pas une avenue pour nous, d’autres, au contraire, furent des phares dans cette aventure de repreneuriat. On réalise que les autres entrepreneur·es sont nos ami·es, même si on ne leur avait jamais parlé auparavant.

Deux exemples : Sylvain Labarre (LG2) et Benoit Cartier (Cartier).

Je me suis permis de les appeler, car ces deux dirigeants avaient déjà mené à bien des processus similaires à celui que nous voulions entreprendre. Je les remercie d’ailleurs pour leur grande générosité, leur transparence et leur bienveillance envers les purs inconnus que nous étions pour eux. Ils ont investi plusieurs heures pour nous aider à naviguer à travers ce projet complexe.

Nous avons également pris le temps de rencontrer une releveuse et un releveur ayant vécu « l’autre côté » du processus, afin de mieux comprendre leurs motivations et les enjeux auxquels ils ont été confrontés. Nous avons notamment discuté avec Pénélope Fournier et Claude Auchu, de LG2, qui nous ont partagé de précieux apprentissages. Sans leur apport, notre programme de relève ne serait pas aussi empathique et aussi adapté aux défis qu’affrontera la relève d’Adviso.

 

Tout le monde y gagne, à commencer par nos clients!

À mon avis, les plus grands gagnants de notre programme de relève, ce sont nos clients.

Ils peuvent compter sur les services d’une entreprise canadienne et québécoise, proche de leurs préoccupations et familière avec les particularités de leur marché. Ils bénéficient aussi du soutien d’entrepreneur·es motivé·es qui ont à cœur le succès de leurs mandats et l’excellence de leurs résultats; des entrepreneur·es souhaitant avant tout leur réussite et l’épanouissement d’une collaboration fructueuse, à long terme. Notre indépendance nous permet également de conserver le plein contrôle de nos affaires, encore une fois au bénéfice de notre clientèle. Elle assure également l’alignement de notre entreprise avec les objectifs de nos clients et de vivre pleinement nos valeurs (compétence, transparence, audace, équipe et plaisir/équilibre), qui ne se retrouveront pas diluées au sein de celles d’une plus grande organisation, qui aurait pu nous imposer certains choix. Nous prenons nos propres décisions, et celles-ci sont tournées vers nos clients, mais aussi vers nos humains, car ultimement, c’est entre leurs mains que réside le succès de notre clientèle.

Quant à elle, notre relève profite d’un programme de financement avantageux, facilitant l’acquisition d’une part dans l’entreprise. Ce nouvel engagement lui apporte une énergie et une motivation renouvelées, bien tangibles, et elle profite directement de la valeur qu’elle contribue à générer.

Nos employé·es sont également influencé·es positivement par ce programme, car il leur apporte une grande proximité avec les entrepreneurs et vice-versa. Nous croyons que le sentiment d’appartenance envers Adviso en sera bonifié et que ce chapitre marquera le prochain chapitre de l’évolution de notre culture d’entreprise.

 

Les fondateurs y gagnent aussi

Finalement, mon fidèle cofondateur, Simon, et moi-même, ne sommes pas en reste.

Il est vrai que nous aurions pu vendre à un grand groupe et récolter un gros pactole. Par contre, aucun prix de vente n’égale de faire partie de cette aventure avec ces nouveaux talents hyper motivés qui prennent graduellement les commandes. Si ma part dans Adviso diminue, sa performance va croître plus rapidement, j’en suis profondément convaincu.

À titre plus personnel, le fait d’être dans ce projet a ravivé mon feu entrepreneurial et le défi de collaborer avec cette nouvelle équipe me donne une motivation supplémentaire pour me lever le matin. Je suis persuadé que cette flamme ne serait pas du tout la même si nous avions décidé de vendre l’entreprise à un grand groupe basé à New York ou à Londres.

Dans le cadre d’un tel projet, il faut respecter ses principes et ses valeurs et, bien franchement, regarder des êtres humains que j’adore s’élever grâce à leur talent, à leur engagement et au soutien de notre programme de relève me comble de joie!

Participez à la discussion