11 facteurs qui contribuent au temps de chargement d’un site web et métriques de sites québécois

by
   

ChronoL'impatience des internautes est légendaire. Plus une page prend de temps à charger, plus l'internaute est tenté d'aller voir ailleurs, et parfois, ne plus revenir. D'après une étude d'Akamai, 57 % des internautes abandonnent une page qui prend plus de 3 secondes à charger. Amazon a pour sa part observé que chaque 100 millisecondes gagnées augmentait ses revenus de 1 %.

Malgré son importance, le temps de chargement n'est pas souvent une priorité pour beaucoup de propriétaires de site, ni même une préoccupation. Pour les leaders du web par contre, la performance est souvent une obsession. Les ingénieurs d'Etsy, par exemple, tiennent un blogue où ils parlent de leur effort de performance, statistiques à l'appui.

Un monstre à deux têtes

Le temps de chargement, tel qu'il est perçu par l'internaute, est la combinaison de deux familles de causes, l'une du côté du serveur, l'autre du côté client (« client », car le Web est doté d'une architecture client-serveur).

vitesse

Côté serveur

Comme le montre l'infographie, les sources de ralentissement du côté du serveur sont multiples. L'attente vient du temps qu'il faut pour réaliser toutes les opérations à faire pour préparer la page correspondant à l'URL demandée.

Mesure

Pour avoir une idée des délais provenant du côté serveur, le plus simple est de regarder la métrique « Temps de réponse moyen du serveur » dans Google Analytics. D'après Google, ce délai devrait être en deçà de 200 ms.

Les pointes du graphique correspondant à cette métrique indiquent que la capacité du serveur n'est pas suffisante pour les périodes de pointes.

Google PageSpeed Insights peut également prendre une mesure ponctuelle de ce temps serveur.

Pistes d'optimisation

Pour trouver des pistes d'optimisation, il peut être nécessaire d'utiliser des outils spécialisés pour mesurer d'où viennent les ralentissements. Mais typiquement, les deux sources les plus communes sont l'absence d'un système de cache ou un manque de capacité du côté serveur (mémoire, puissance de calcul, bande passante).

Côté client

Les sources de ralentissement du côté du client concernent la taille des pages, le nombre d'éléments qu'elles contiennent, et le code JavaScript à exécuter au chargement de la page.

Mesure

Pour connaître le délai provenant du côté client, prendre la métrique « Temps de chargement moyen de la page » et soustraire les autres métriques, en particulier le « Temps de réponse moyen du serveur ».

Une autre facette intéressante de la même métrique est de segmenter cette moyenne. Par exemple, dans le tableau ci-dessous, on constate qu'il y a tout de même 9% des pages qui affichent un temps de chargement de plus de 21 secondes, ce qui pourrait indiquer un problème de capacité du serveur.

Pour obtenir ce graphique : Site Speed / Page timing / Distribution

Un outil alternatif d'obtenir une mesure ponctuelle ou historique de temps de chargement moyen d'une page est d'utiliser Stella.

Pistes d'optimisation

Google PageSpeed Insights est un excellent moyen de trouver des pistes d'optimisation.

Extrait d'un rapport de Google PageSpeed Insights

Si votre site est construit sur un cadriciel d'interface, il pourrait être pertinent de mettre celui-ci à jour, malgré l'effort nécessaire. Par exemple, la version 5 du cadriciel Foundation, l'un des plus utilisés, offre beaucoup de possibilités d'optimisation de performance.

Comparez votre site à un échantillon de sites québécois

Nous avons fait une moyenne des métriques du temps de chargement de 5 sites adaptatifs développés récemment au Québec.

Côté serveur - Temps de réponse moyen
du serveur (en milisecondes)
Côté client - Temps de
chargement moyen de la page (en milisecondes)
Échantillon
de sites adaptatifs québécois

700

5400

Etsy.com

136

2200

L'optimisation des performances, une opportunité facile à saisir

L'optimisation des performances est malheureusement trop souvent négligée, malgré le fait que les sources de ralentissement soient relativement faciles à débusquer et à corriger.

Une tactique avantageuse serait d'entreprendre les changements les plus faciles pour commencer, puis d'en mesurer l'impact. Selon le retour sur l'investissement obtenu, on pourra se convaincre ou non d'aller plus loin.

Discussion

Avez-vous fait des efforts d'optimisation qui ont donné des résultats mesurables? Si oui, avez-vous mesuré votre retour sur l'investissement?

Remerciements

Merci à Thomas Dobranowski pour son aide dans l'extraction des données statistiques.

 Subscribe to the Checkpoint

Subscribe to our monthly email newsletter for useful tips, best practices and news from the Adviso team. At any time you will be able to unsubscribe. Privacy policy.

If you prefer to contact us at

consulting@adviso.ca

Or call us directly at

514 598 1881

Thank you for your request!

You will hear from us shortly.

×

An error has occurred

Please contact us directly by email at conseil@adviso.ca or by phone at 514-598-1881. Thank you!

×

 

COMMENTS

Leave a Reply

XHTML: Tags allowed: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>