Veille sur les médias sociaux – Quel outil choisir ?

par
   

(An English version is available: Social Media monitoring - Comparative analysis of leading monitoring tools)

Entre mai et juillet 2011, l’équipe Médias Sociaux d’Adviso a conduit une recherche sur les outils de monitoring des médias sociaux. Sept outils de monitoring payants ont été sélectionnés pour leurs caractéristiques qui pourraient s’avérer intéressantes auprès d’entreprises ayant différents besoins de veille sur les réseaux sociaux : uberVU, Radian6, Viralheat, Beevolve, Sysomos, Brandwatch et Alterian SM2.

1. Pourquoi faire une veille sur les médias sociaux?

La veille (ou le monitoring) des médias sociaux peut s’intégrer à la stratégie Internet de Marketing des médias sociaux des entreprises, permettant entre autres à celles-ci de :

  • Surveiller les besoins de clients potentiels;
  • Surveiller les stratégies de compétiteurs;
  • Prendre le pouls de la performance d’une campagne marketing;
  • Gérer des crises;
  • Observer la satisfaction des consommateurs face à une marque ou un produit;
  • Faire du développement d’affaires;
  • Recruter;
  • ...

2. Gratuit ou payant?

De nombreux outils gratuits permettent de suivre une partie des conversations sur les médias sociaux en utilisant les moteurs de recherches. Il est donc possible d’effectuer la veille de sa marque à faible coût à l’aide de mots-clés ou groupes de mots-clés dans un tableau de bord que vous construirez manuellement à l’aide d’alertes Google Alerts et d’un agrégateur de flux (de type Google Reader) ou Netvibes. Toutefois, ces solutions à bas budget ne conviennent pas à toutes les situations, car leurs fonctionnalités sont assez limitées (les résultats ne sont pas stockés dans une base de données, les capacités d’analyse sont très faibles, etc.). Difficile de s'y retrouver, et beaucoup d'entreprise se demandent: comment faire la veille sur Twitter ? Comment faire la veille sur Facebook ? Comment savoir qui parle de mes produits ?

Contrairement à leurs homologues gratuits, les outils payants de monitoring des médias sociaux permettent de :

  • Agir en tant que plateforme unique de monitoring couvrant une majorité de médias sociaux;
  • Collaborer avec plusieurs utilisateurs;
  • Interagir directement sur les réseaux sociaux à partir de l’outil lui-même;
  • Nettoyer la masse de conversations sur les médias sociaux grâce à des filtres à « spam » par exemple;
  • Analyser les résultats de nos recherches à l’aide de tableaux et de graphiques.

3. Faits marquants de l’étude

  • Radian6 a obtenu 6,8 fois plus de résultats (293 712 résultats) que la solution de Brandwatch qui a obtenu le moins grand nombre de résultats (43 108 résultats);
  • Malgré les filtres automatisés des outils de monitoring évalués, environ 3,14 % du volume total des résultats de recherche se sont révélés du polluriel (soit du « spam » de liens ou des résultats provenant de bourrage de mots-clés populaires);
  • En moyenne, les outils ont observé 60 % de précision pour l’analyse de la tonalité pour des mentions majoritairement anglophones;
  • Nous avons remarqué des lacunes évidentes pour l’ensemble des solutions dans la qualité de l’analyse des résultats francophones .

4. Pour en savoir plus sur notre étude

Nous vous invitons à télécharger notre publication,  Monitoring des médias sociaux : analyse complète des outils de veille.

Vous y retrouverez entre autres :

  • Les dernières tendances sur la veille des médias sociaux;
  • Les détails complets de nos tests;
  • Une évaluation comparative des 7 solutions payantes testées basée sur nos critères d’évaluation;
  • Notre classement final des outils.

Un grand merci à Renaud Allaire, qui a grandement participé à l'étude pendant son stage dans notre équipe cet été !

COMMENTAIRES

    • Marie-Elodie

      @Karl Villeneuve: Nous avons fait un choix parmi les 300 solutions de monitoring qui existent actuellement, en essayant de prendre des solutions comparables dans le cadre de notre étude. Nous notons votre suggestion pour une prochaine étude, merci !

      Répondre
  1. Raouf

    Bonjour,

    J’en crois pas aux médias sociaux et je ne suis pas le seul au Québec et je pense qu’on n’est pas une minorité . Vous allez me dire pourquoi ? et bien tout simplement car si j’investis 5 000 $ je récupère j’aime ou j’aime pas ! It is ridiculous no ! alors que les entreprises veulent récupérer de l’argent. Ok, soit disons qu’on a crée des outils de monitoring ( payants ou gratuits) qui nous permettent de :

    Surveiller les besoins de clients potentiels; ( on a surveiller les besoins et après….)
    Surveiller les stratégies de compétiteurs; ( le benchmarking est déjà difficile sur un marché physique nous allons le faire corrctement sur un marché numérique et avec quoi, avec les médias sociaux :(
    Prendre le pouls de la performance d’une campagne marketing; ( pouls….!!! expliquez nous cela svp ; je suis novice)
    Gérer des crises; ( Comment)
    Observer la satisfaction des consommateurs face à une marque ou un produit; ( c’est ça le j’aime ou j’aime pas)
    Faire du développement d’affaires;
    Recruter; ( oui pourquoi pas)
    … ( 1 ou deux autres svp )

    C’est un bon article mais pas réaliste ( le moral du commentaire) ; j’aime mais je ne suis pas convaincue !
    ———–
    Raouf
    Un homme brillant

    Répondre
  2. Mélanie Claisse

    Bravo pour votre initiative, votre étude est claire, et apporte des pistes de réflexion vraiment intéressantes pour ceux qui sont dans une véritable démarche de recherche d’outil de monitoring.

    Je suis cependant assez surprise de constater que l’un de vos critères d’ « appréciation » soit le volume d’articles restitués par l’outil. L’exhaustivité des sources auditées est-elle un réel critère de performance, je n’en suis pas sûre. Il y a des millions de conversations chaque jour, et nous savons tous que sur ces millions de conversations, une très grande majorité n’aura aucun poids ou impact (sites web peu visibles, blogs peu voire pas suivis). Il serait par ailleurs dommage de se voiler la face : il n’existe aujourd’hui aucun outil de monitoring qui ne demande pas d’intervention humaine (ne serait-ce que pour le classement, l’interprétation, puis les actions à entreprendre). Je pense d’ailleurs que nous ne pourrons jamais nous en passer, et c’est tant mieux :-) Ce qui veut dire que ces millions de conversations, quelqu’un va devoir les lire, les passer en revue et les digérer !

    Dans ce contexte, n’est-il pas plus important de proposer un nombre limité de sources, pertinentes et ciblées pour le client, afin de limiter les retombées restituées aux plus pertinentes ? De tels outils offriraient, à mon avis, une vision plus pertinente des conversations dans une véritable sphère d’influence, et seraient à l’origine d’un gain de temps non négligeable sur le traitement de l’information. J’avoue souvent ne pas comprendre cette « course » au nombre de sources chez certains éditeurs. Je suis pour ma part convaincue que trop d’info tue l’info :-)

    Enfin, dans la mesure où l’une de vos préoccupations est aussi la prise en compte et l’analyse des contenus en français, je suis surprise de ne pas voir d’éditeur français (ou francophones) dans votre liste. Alors venons-en droit au but :-) Chez AT Internet, nous proposons un outil de monitoring appelé BuzzWatcher : n’hésitez pas à revenir vers moi (atcontact [a t] atinternet.com ) si vous souhaitez le tester, nous serions ravis de vous le présenter !

    Répondre

Laisser un commentaire

XHTML: Balises autorisées <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>