Twitter VS Google : La bataille de la recherche en temps réel

   

"The era of dominance is shrinking. IBM dominated tech longer than Microsoft did, and Google's period of dominance will be even shorter" commente Bernard Lunn de Read Write Web. Selon lui et plusieurs autres, Google performe dans la pertinence sémantique, mais pour ce qui est de la pertinence temporelle, on y repassera. Les plus enthousiastes (ou les plus pessimistes) prédisent que le Twitter sera LA grande menace à la domination de Google.

La récence au lieu de la pertinence?

Les évènements ponctuels mobilisant suscitent l'attention et la curiosité. Ce comportement se calque sur le web par une recherche. On veut tout savoir, tout connaître sur les réactions des gens. La fonction de recherche de Twitter répond exactement à ce besoin d'instantanéité et de réactivité sur un sujet brûlant de l'actualité. Misant sur la pertinence, Google ne peut répondre à ce besoin. Il perd ainsi une partie de l'information qui est pertinente en ce moment. Paradoxal ? Pas vraiment. Google est la mémoire à long terme du web tandis que Twitter en est la mémoire à court terme.  L'indexation prend du temps et c'est le prix à payer pour avoir des résultats de qualité. L'exemple des derniers jours est la date limite des échanges de la NHL. Une rapide recherche du hashtag #nhltrade sur Twitter nous présentait un résultat  "vivant" avec de nouvelles entrées à toutes les 10 secondes ou presque. Ces entrées n'étaient cependant pas toutes pertinentes et comme dirait l'autre, il fallait séparer le bon grain de l'ivraie. Certains amènent le RR (Retweet Rank) comme substitut au PageRank de Google. La pertinence serait donc déterminée par la communauté plutôt que par les robots. Google pallie timidement ce problème avec le SearchWiki, qui ne semble pas susciter de passion.  Est-ce que nos spécialistes SEO sauront s'adapter à cette prochaine réalité? Est-ce que les SMO prendront leur place ? 

La confiance de Twitter

Ad Age rapporte que Twitter croit tellement en son moteur de recherche qu'elle serait la principale raison de l'avortement de l'offre d'achat par Facebook. Une bonne droite au visage de Facebook (jeu de mots subtil). Ce dernier a répliqué par un jab dans les côtes de l'oiseau en ouvrant sont API status LiveFeed (qu'on pourrait maintenant lui affubler le sobriquet de twitter-like). 

Pourquoi pas s'adapter à un futur qui semble déjà proche?

Il est maintenant possible de joindre ces deux belligérants avec un script Greasemonkey intégrant les résultats de recherche de Twitter à ceux de Google. Est-ce une première étape avant l’acquisition ? Je ne serai pas étonné que le petit oiseau se fasse manger avant qu'il soit trop gros.

COMMENTAIRES

  1. Google Instant n’est pas la recherche temps réel « Web Observer

    […] Car si Google est très fort pour organiser, il s’est quelque peu fait « griller la priorité » par Twitter sur sa capacité à détecter et remonter les informations fraîches du moment. Ce même Twitter qui excelle également à présenter les résultats autour d’un sujet en temps réel via la recherche des « tags » les plus courus  comme le souligne très judicieusement adviso. […]

    Répondre
  2. Laurent

    Comme quoi Adviso n’est pas le seul à penser que Google doit s’en aller vers le real-time!

    Voici deux citations de Larry Page que vous pouvez retrouver dans l’article « Larry Page on Real Time Google: We Have To Do It » du ReadWriteWeb:

    « I have always thought we needed to index the web every second to allow real time search, »

    « At first, my team laughed and did not believe me. With Twitter, now they know they have to do it. Not everybody needs sub-second indexing but people are getting pretty excited about realtime. »

    Répondre
  3. Jean Thibaudeau

    Google présenterait des twits dans ses résultats de recherche s’ils seraient si intéressants. Comme le mentionne LD, rien n’empêche Google d’indexer Twitter et d’utiliser l’information produite pour améliorer la pertiance et la qualité des résultats de recherche. Et rien n’empêche Google d’acheter Twitter si ce dernier devient vraiment important pour les résultats de recherche.

    Répondre
  4. Jean-Sebastien

    @David : J’adore l’idée du script Google pour ordonner les tweets par pertinence. Il faudrait par contre garder l’aspect temporel, sans quoi l’idée serait caduc.

    @LD : Un modèle de revenu basé sur le PPC ? Pourquoi pas, Twitter cherche à engranger des sous. C’est déjà pas mal mieux que les tweets comandités. :)

    @Etienne : Le canari s’est ben défendu et l’aigle s’est replié dans son nid : http://www.telegraph.co.uk/scienceandtechnology/technology/technologynews/3519812/Why-Facebook-wanted-to-buy-Twitter.html

    Répondre
  5. Louis-Dominic Parizeau

    @JS: Je crois plutôt que Twitter devrait créer son propore service à-la Adwords. Car bonne chance de penser avoir un twit sur la première page à chaque recherche pour le mot « hotel ». Quelqu’un a dit le mot SPAM?

    Fait intéressant, en regardant le robots.txt de Twitter, rien n’empêche (encore) Google d’indexer les Twits…

    Répondre
  6. David

    Comme toujours dans les blogs, on est rapide à mettre deux éléments en compétition alors qu’il n’y a pas de véritable comparaison possible entre Twitter et Google.

    Google est un engin de recherche sur base d’archives.

    Twitter est un engin de recherche sur base de capital conversationnel.

    La capacité de Twitter à aggréger des conversations sur un sujet donné ne remplacera jamais la capacité de Google à aggréger des archives sur un sujet donné. Et vice-versa.

    La force des deux éléments est dans leur complémentarité, tel que proposé par Greasemonkey. Twitter, en tant qu’engin de recherche d’actualités, est un excellent élément complémentaire à Google car il amène la notion d’activité et de récence dans les recherches. Google, en tant qu’engin d’archivage, permet l’analyse pertinente de l’information recueillie.

    Imaginez si l’on appliquait un script Google à Twitter: Ordonner les tweets par pertinence de résultats de recherche. Fort.

    Je l’ai dit et le re-dit encore: Un web uni est beaucoup plus fort qu’un web morcelé. Lorsqu’on arrêtera de d’alimenter coups de startups la vague web 2.0, pour se concentrer sur l’union des forces, des géants vont émerger. Et c’est l’usager qui en bénéficiera.

    Répondre
  7. Etienne Chabot

    Merci d’avoir lancé ce débat Jean-Sébastien. Ca se joue entre la pertinence et l’i. Malheureusement, twitter est imbattable sur l’instantanéité mais en contrepartie, il y a beaucoup de bruit sur la ligne… Moi j’en échappe des grand bouts parce que je ne peux vivre le nez collé à mon ordi ou mon portable. En ce sens, la pertience de Google fera en sorte qu’il gardera sa place chez bcp d’internautes jusqu’au jour ou Twitter réussira à offir pertinence et instantanéité en même temps.

    Ne pensez-vous pas que le méchant aigle Facebook aurait le goût d’avaler le canari Twitter?

    Répondre
  8. Issam Heddad

    Pour ceux qui ne sont pas familiers avec Greasemonkey, la meilleure alternative, à ma connaissance, est d’utiliser ce ce plugin Firefox et Internet Explorer http://www.webmynd.com/html/

    Il marche très bien et en plus de Twitter, il aggrège les résultats de recherche d’autres sites comme Flickr, LinkedIn, Wikipedia…

    Je vous recommande fortement de l’essayer.

    Issam

    Répondre
  9. Jean-Sébastien

    Comme vous tous, je ne crois pas que Twitter va remplacer Google comme moteur de recherche de prédilection. Le combat que je vous illustre en est point un. On assiste plutôt à un combat entre David et Goliath. Par contre, Twitter fait bien ce que Google fait mal. Cet élément, aussi petit qu’il soit, mais qui pourrait s’avérer vital, est un vecteur d’innovation.

    Google domine le marché de la recherche, qu’elle soit organique ou payante. On pourrait appeler cela un monopole. Ce statut lui confère le droit de dicter les moments où il y aura une innovation. Or, le seul bénéfice d’un marché de concurrence est la course à l’innovation et la multiplication des sources la générant. Je vois d’un bon oeil un petit joueur arriver avec une idée simple pouvant ébranler un acquis. En fait, Twitter n’est pas la solution, mais en fait partie.

    @LD Si on reprend l’exemple de la recherche sur le mot « hotel », l’avantage de Twitter sur Google serait d’afficher les dernières aubaines provenant de Hotwire. On peut donc connaître la meilleure aubaine maintenant. Ceci requiert, par contre, un effort commercial supplémentaire pour être présent à toute heure de la journée.

    Répondre
  10. Louis-Dominic Parizeau

    Twitter, une menace pour Google? Je trouve ça tiré par les cheveux… Prenons juste la capture d’écran pour la recherche « hotels »: en quoi les résultats de twitter sont pertinents? Rappelez-vous que Google tire le gros de ces revenus sur des recherches basées sur des intentions commerciales pas sur des recherches sur les deux gros scoop du Canadien par année. Et même dans cette niche… la route est juchée d’embuches (ex: Comment gérer le spam qui n’ira qu’en augmentant? Google MicroBlog search?)

    La force de Twitter est la démocratisation du blogging, c’est tout un exploit… mais dites-vous que Google est là pour rester.

    Répondre
  11. Vincent

    Pour l’instant on ne sait pas qui mangera qui mais c’est excitant de pouvoir seulement imaginer que Twitter a de grandes ambitions dans la recherche et puisse titiller Google.
    Autant je n’ai jamais vraiment aimé Facebook, autant je crois beaucoup à Twitter maintenant. Plus simple d’utilisation, plus d’impact, en temps réel.
    Par contre je comprends que cette surabondance d’informations 24h/24 puisse agacer.

    Répondre
  12. Jean-François Renaud

    Très pertinent comme débat. Actuellement Twitter est effectivement beaucoup plus performant dans un contexte d’instantanéité. Je l’ai vécu lorsque la fameuse nouvelle sur les Canadiens allaient sortir et que supposément la police allait accueillir certains joueurs à leur sortie de l’avion à Dorval. On suivait au compte goutte le build-up de la rumeur et le parcours de l’avion en temps réel grâce à l’outil de recherche de Twitter. Excitant et unique comme fonctionnalité je crois.

    Répondre
  13. Jacques Warren

    Il faut passer toute sa journée sur Twitter pour penser que cela pourrait remplacer Google ! Moi, je vois au contraire dans les données de mes clients un usage navigationnel de Google (i.e. taper le nom du site que l’on connaît déjà au lieu de le faire dans le champ URL) se répandre comme comportement. Google est plutôt en train de devenir l’interface omniprésente entre nous et le Web.

    Et cette instantanéité de Twitter est finalement plutôt agaçante à la longue; faut toujours « écouter » si l’on veut rien manquer ! Sentiment que je commence à entendre ici et là.

    Enfin, ça fait trop longtemps que je travaille en Web (14 ans) pour croire toute prédiction. La seule que l’on peut probablement faire, et que vous faites en fin d’article, c’est que le petit oiseau qui chante trop fort se fait bouffer (ré-écouter le vieux monologue de Michel Rivard 😉 )

    Répondre

Laisser un commentaire

XHTML: Balises autorisées <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>